San Pedro d’Atacama – des paysages d’une beauté incroyable

Octobre 2017

Depuis le désert fleuri, nous voulions aller le plus directement possible à San Pedro de Atacama, à plus de 800km de la où nous sommes, une ville en plein milieu du désert, où les paysages sont réputés pour être magnifique. Un « must go » au Chili dont on nous parle depuis des mois.

La famille qui nous avait pris en stop pour visiter le désert fleuri nous dépose  sur l’autoroute principale qui parcourt le nord du Chili.
Le soleil va bientôt se coucher, nous sommes à une cinquantaine de km de copiapo, une ville minière sans grand intérêt mais où nous pouvons prendre un bus direct pour San Pedro, on espère donc trouver quelqu’un qui puisse nous y déposer.

On rencontre Juan Luis, un routier qui s’est arrêté sur le bord de la route pour vérifier sa cargaison, et qui monte jusqu’à Antofagasta, la dernière ville étape sur la côte du Chili avant de birfurquer vers l’est dans le désert.
On se dit qu’on peut donc monter avec lui et selon le feeling, aller jusque là bas ou nous arrêter avant pour prendre un bus.

Nous continuons à monter le désert fleuri, avec une belle vue en hauteur, et c’est toujours aussi beau.
Après copiapo, on entre dans le désert hyper aride, dune de sable et cailloux. Impressionnant.

Rien à l’horizon que du beige, du marron et de la poussière, qui se teinte de rouge orangé au coucher du soleil.

Juan Luis est rigolo bavard mais comme d’habitude on a beaucoup de difficultés à comprendre tout ce qu’il dit, le chilien est décidément incompréhensible !!

Vers 20h, nous nous arrêtons pour « un técito » où un petit thé. Les chiliens n’ont pas vraiment pour habitude de dîner le soir, la plupart du temps ils prennent comme un petit déjeuner avec thé et gâteaux, ou sandwich. Juan Luis sort un réchaud à gaz, fait chauffer de l’eau pour nous trois et nous offre du gâteau au citron de sa maman.

Nous partageons un peu de son quotidien de routier, sur les longues routes chilienne sans fin…

Vers minuit et demi, il s’arrête pour dormir, nous posons notre tente à côté de son camion, à l’abri du vent.

Nous sommes un peu endormis et en descendant du camion, Gabrielle fait une belle chute en arrière sur les fesses et la tête… Plus de peur que de mal encore une fois mais la nuit en tente à même le sol, congelé qui plus est, va être difficile.

Juan Luis nous dit qu’il faut se lever à 4h30, et quand le réveil sonne, nous avons à peine fermé l’oeil. On entend son réveil sonner mais n’avons pas l’impression qu’il se lève et bien-sûr c’est là que nous nous endormons…!
3h plus tard on se réveille un peu dans un sursaut en se disant qu’il est parti sans nous, mais il est là, en train de se préparer.
On ne distingue pas bien s’il nous gronde d’avoir trop dormi ou s’il se le reproche à lui aussi.

À 7h30 du matin, nous partons donc en direction d’Antofagasta ou nous arrivons 4h après. Un petit déj avec Juan Luis, à la mode chilienne: pain avocat viande, et nous voilà repartis avec Leo, un autre routier qui nous déposera à la ville la plus proche de notre destination, Calama.

Leo nous raconte beaucoup de choses sur les paysages qui défilent devant nos yeux. Le désert, de montagnes colorées, des mines abandonnées ou encore en fonctionnement. Il fait un détour par un petit village où on peut voir le train de la mine.
Les paysages sont franchement magnifiques, et bien que nous soyons dans le désert depuis 1000km, ils sont diversifiés !

Avant de nous déposer à Calama, il nous propose de manger avec lui. Nous apprécions beaucoup ces arrêts dans des restaurants en bord de route ou on entrevoir la culture chilienne, où on partage un moment différent avec la personne qui a bien voulu nous prendre en stop, et en plus, le repas est souvent bon, copieux et pas cher !

À Calama, difficile de trouver quelqu’un pour nous prendre en stop. On est épuisés de la nuit de la vieille et de la journée, il commence à se faire tard et on est mal places dans la ville avec aucune envie de marcher. Et Gabrielle à mal aux fesses, Wissam a mal aux pieds !
On finit par abandonner après une si belle performance, plus de 1500km en stop ! On prend un bus qui nous dépose à la nuit tombée à San Pedro.

Le lendemain nous retrouvons Pierre et Thomas, deux français qu’on avait rencontrés à la serena et qu’on avait revus à Vicuna, pour un Terremoto en terrasse puis une petite soirée dans un bar bien sympa, avec concert.

Notre idée en venant à San Pedro était de visiter les sites accessibles en vélo et de faire une excursion en groupe pour aller voir les geysers Les plus hauts du monde. Sauf que dans le désert d’atacama il fait très très chaud, très très sec et que Gabrielle a tellement mal aux fesses qu’il lui est difficile de marcher, alors faire du vélo…!

En plus, Pierre et Thomas nous motivent à faire un excursion qu’on avait pas prévue et en se renseignant on se rend compte que faire 2 excursions + un tour en vélo revient au même prix que si on fait tout en excursion de groupe.
D’habitude on est pas pour faire des tours de groupe mais là, crevés comme on est, on se dit que ça peut être pas mal au final !

C’est comme ça qu’on s’est retrouves à faire 4 excursions à San Pedro, et on a bien fait !

Nous avons commence par la vallée de la lune en fin d’après midi. Un paysage réellement lunaire, on ne se croirait plus sur terre. Dunes de sables hautes de 8m, falaises de lave et autres minéraux, impressionnant et d’une beauté sidérante.

Cette visite inoubliable s’est terminée par un petit apéritif avec vue sur les falaises qui changent de couleurs au coucher du soleil. Génial !

Deuxième excursion, les piedras Rojas (pierres rouges). Nous nous sommes d’abord arrêtés au village de Toconao, sans grand intérêt mise à part sa petite église avec sa porte en cactus puis aux lagunes Miscanti et Menique, où le volcan enneigé se reflète dans l’eau, des vicunas broutent l’herbe autour. Magnifique.

Ensuite, arrêt aux lagunes des fameuses pierres rouges, où les volcans des alentours se reflètent aussi dans l’eau turquoise, exceptionnel !

On a passé une petite heure à arpenter le site dans le vent glacial, et à le prendre en photo sous toutes ses coutures. On a adoré !

Après une pause repas dans un resto, nous nous rendons dans le salar d’atacama, un désert de sel ou des flamands roses mangent tranquillement dans les lagunes. Un superbe moment très paisible que de les observer, avec en arrière plan la cordillère des Andes.
On aurait pu rester là des heures !

Le lendemain, troisième excursion que nous avons moins appréciée, les geysers de tatio au lever du soleil. Rien qu’un petit -10 pour bien commencer la journée !

L’activité terrestre qui se passe sous nos yeux est impressionnante mais il fait très froid, il y a beaucoup de monde et les lieux sont tellement balisés que ça manque de naturel.

Le paysage était sympa quand même !

L’après midi, nous partons pour notre quatrième et dernière excursion : la laguna Cejar, un site où se trouvent 3 lagunes d’eau salée dont une où il est possible de se baigner.
La cadre est magnifique, herbe dorée illuminée par la lumière de fin d’après midi, sur fond de volcan.

Par contre, la lagune où on peut se baigner nous fait directement l’effet d’une piscine municipale, dans un cadre exceptionnel. C’est quand même très chouette de s’y baigner même si l’eau est bien froide (15 degrés) car l’eau contient 7 fois plus de sel que la mer donc on flotte parfaitement. C’est une sensation très bizarre, et on a même du mal à nager !

Après la petite baignade, nous faisons une pause inutile aux ojos de sal, deux bassins d’eau où l’activité consiste à se prendre en photo en sautant et autres poses qui ne nous intéressent pas…!

On termine la journée et notre séjour dans ces paysages magiques par un apéro devant le coucher de soleil à la lagune tebinquiche, le volcan et l’eau qui changent de couleurs à mesure que le soleil s’en va. Incroyable.

Nous avons adoré les paysages hallucinants de San Pedro de Atacama, qui est une ville très touristique mais où on se sent bien grâce à l’ambiance sympathique qui y règne.

On continue d’en prendre plein les yeux avec une excursion de trois jours vers la Bolivie avec pour destination, le fameux Salar d’Uyuni…

Infos et bons plans:
– Attention à l’altitude à San Pedro ! C’est une ville qui est déjà à 2500m donc certaines personnes peuvent ne pas supporter l’altitude et avoir d’importants maux de tête et beaucoup de fatigue.

C’est pas mal de passer un peu de temps à San Pedro, de rester tranquille le premier jour et de faire les excursions en altitude en dernier, pensez bien à demander aux agences pour ne pas être mal pendant les excursions !

– Pour les 4 excursions nous avons payé 67500 CLP chacun à l’agence. Ensuite il faut rajouter les entrées aux parcs nationaux. 

3000 CLP pour la vallée de la lune.

3000 CLP pour la laguna Menique.

2500 CLP pour le salar avec les flamands. 

10000 pour les geysers. 

15000 CLP pour la Laguna Cejar.

Ça revenait à peu près à 90000CLP/personne au final (122e).

La laguna Cejar et la vallée de la lune peuvent se faire à vélo mais on a calculé que ça revenait presque au même prix de le faire en vélo ou avec une agence et avec l’agence on profite d’un petit apéro pisco soir et on a la possibilité d’aller plus loin, avec des explications sur les lieux.

Une réflexion au sujet de « San Pedro d’Atacama – des paysages d’une beauté incroyable »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.