Rencontre avec des nomades de tous horizons – la « Rainbow family »

Le Khentii, la région où nous nous trouvons, n’est pas une région touristique. Pourtant, un groupe de jeunes est là depuis quelques semaines, ils ont acheté des chevaux et ils apprennent à monter avant de partir en caravane à travers la Mongolie.

Oggy a l’air d’avoir envie que nous les rencontrions. Il nous explique que ce sont des hippies, qu’ils sont vraiment différents d’eux et qu’il les aide dans leur projet, mais que ce n’est pas toujours facile !
On imagine la scène de loin, et on voit d’avance le choc des cultures…!

Laurène vient un matin à la boulangerie. Elle marche pieds nus, ses dreads pendent sur ses épaules. Elle propose de nous donner un coup de main pour faire la pâte à pain. On s’amuse de la façon dont Chimke la regarde. Ces deux là sont à des années lumière l’une de l’autre, ça nous fait bien marrer.

Leur camp est installé près de la yourte d’Eggy (chez qui nous avions passé 3 nuits). Ils sont 19 et ont autant de chevaux. Ils dorment dans une grande tente, à la mongole et cuisinent sur un feu. Ils nous expliquent qu’ils sont issus d’un groupe assez connu aux Etats Unis qui organise des « rainbow gathering ». Le principe: rassembler des personnes de tous horizons pour une période d’un mois en général, en camping, et où chacun fait ce qu’il lui plaît. C’est d’abord parti des Etats Unis et maintenant, ces rassemblements ont lieu un peu partout dans le monde.
Eux ont décidé de se rassembler en Mongolie, d’acheter des chevaux, et de parcourir la Mongolie avec. Au départ personne n’y connaît rien aux chevaux, ils ont tous appris sur place, avec l’aide précieuse d’Oggy, Eggy et autres surnoms en ggy.

On admire leur courage et leur détermination…! Et surtout la relation quils ont développée avec leur chevauxet l’aise qu’ils ont à les monter, de vrais cow boys!

On les voit presque tous les jours, à la boulangerie ou dans leur camp et on commence à se lier d’amitié.

Ils nous prêtent même leurs chevaux, pour faire la course au galop avec Wissam et apprennent patiemment à monter à Gabrielle qui est déjà tombé une fois et qui a du mal à avoir confiance.

Au début, nous sommes envieux de leur projet, on n’arrête pas de dire ô combien on aimerait faire la même chose. Et puis au fur et à mesure des complications, on se rend compte que ce n’est pas que du plaisir.

Il y a le cheval de James qui s’est fait la malle au bout d’une semaine. Même après des heures à le chercher, ils ne l’ont jamais retrouvé.
Et le cheval de Lania qui, lors de la vente, était tout calme, probablement bien crevé par ses maîtres qui tenaient à le vendre. Trois jours après ce n’est plus le même. Il ne supporte ni les autres chevaux ni les autres personnes. Elle commence à redouter de le monter. Oggy tente de le contrôler, y va un peu fort et il se blesse à la pâte. Nous avons observé le vétérinaire, venu exprès de la capitale, le soigner: une coupe au dessus de la blessure, une dans la cuisse, et une autre au dessus de l’oeil, « pour faire sortir le mauvais sang ». Le cheval blanc s’est retrouvé tout taché de sang en un claquement de doigts. Un moment intense, où on a tous observé en silence les Mongols tenir ce cheval fougueux pour le traiter.

Il y aussi le cheval de Von, qui s’est enlisé dans la rivière. Ils ont tout tenté pour l’aider à sortir, mais il s’est noyé d’épuisement.

Nous passons des heures avec eux à écouter les hauts et les bas qu’ils ont connu avec les chevaux, à débattre de tout ou de rien, du sens du partage et de la liberté. Nous les écoutons chanter, et faire leur rituel avec soin avant de manger.

Nous nous étonnons de leur principe de vie: chacun apporte ce qu’il peut/veut à la communauté, par exemple le premier qui pense ou a envie de manger s’en occupe, et ça s’applique à toutes les tâches de la vie quotidienne. Ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas participer, tant financièrement que physiquement apportent de toute façon, selon eux, quelque chose au groupe (celui qui préfère faire de la guitare que la vaisselle apporte de la musique à celui qui s’en occupe).

Un jour, quatre d’entre eux rentrent d’une balade de quelques jours à cheval et font une pause repas au restaurant. Ils sont extenués. Ils nous proposent à la volée de ramener les chevaux au camp, à 4km de là. Gabrielle est remontée trois fois depuis sa chute, elle a envie de tenter une plus longue balade, Wissam n’a attendu que ça  a depuis qu’on  y est arrivés.On se regarde et on accepte avec excitation !

Nous sommes au pas les un à côté des autres, les plaines à perte de vue dans la lumière du soleil couchant. Des troupeaux de chevaux passent devant nous.
On se sent libres.
On prend confiance en nos chevaux et ils accélèrent. Soudain il se met à pleuvoir. Les éclairs fendent le ciel et le tonnerre gronde, d’un coup, ils se mettent tous les quatre au galop et nos chevaux huent en même temps. Une première fois pour Gabrielle, une sensation inoubliable ! De la chute, à la peur bleue de remonter à cheval, aux tentatives souvent avortées, nous voilà au galop sous l’orage !

Ce soir la, nous avons fait la fête ensemble et dormi au camp pour notre dernière soirée à Tsenkhermendal. Nous avons adoré faire la rencontre de la « rainbow family », apprendre de leur principes et nous enrichir de leur expérience. Nous les remercions beaucoup pour tout ce qu’ils nous ont apporté et on espère les revoir un jour, peut etre dans un rainbow gathering…!

C’était donc le dernier article à propos de notre séjour en volontariat dans l’est de la Mongolie. Nous partons vers Ulan Bator pour une nuit en couche surfing chez une jeune fille mongole puis direction Kharkhorin, dans l’ouest pour un trek de 4 jours à cheval !

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.