Tour de Bali en 6 jours – rizières, plages, poissons et pluie.

Depuis Yogyakarta à Java, nous avons pris un avion pour Denpasar à Bali. Fraîchement débarqués à l’aéroport, les taxis se ruent sur nous et nous proposent des prix assez exorbitants pours les 8km que nous voulons faire pour rejoindre Jimbaran.

Nous avions en tête un prix complètement idéaliste (50000IDR, 3,5e) mais c’est sur cela que nous nous basons et après notre séjour Javanais, on blague plus sur la négociation…!

Wissam a l’ingénieuse idée de regarder sur Uber et voit un prix à 35000IDR (2,5e !!!), nous sommes donc bien décidés à ne pas payer une rouppie de plus…! Le seul problème est qu’il faut d’abord sortir de l’enceinte de l’aéroport et donc marcher une dizaine de minutes devant tous les taxis…!

S’ensuit une grosse rigolade car tous les taxis, littéralement tous les taxis, nous abordent sur notre passage et se lancent dans des négociations, a nous sortir des histoires toutes plus farfelues pour nous dissuader de prendre le Uber. Et ils ont de l’imagination !! « It’s illegal » « only Javanese people drive the Uber, you’re in Bali you should help Balinese people » (le truc drôle c’est qu’au moment on a compris Japanese people…!!)

Le must: on passe devant l’aéroport international et tous les touristes avec leurs valises de 45kg, mais les taxis nous choisissent nous avec nos sacs à dos et nos habits de 3jours pour nous proposer des prix hallucinants. Impossible de ne pas éclater de rire en cœur lorsque l’un d’entre eux nous demande 250 000IDR (17,5e) le plus sérieusement du monde. On en rit encore…!

Bref, on a finit par bel et bien prendre le Uber à 35000 IDR, sans aucun soucis…! Et on a renouvelé l’expérience plusieurs fois !

Première étape de notre visite de Bali: Jimbaran. Une ville dans le sud de l’île,un peu éloignée de Kuta et sa vie nocturne déchaînée, ses hordes de touristes, ses bars et restos occidentaux.

On se trouve un hôtel vraiment pas cher (160000IDR, 10e), avec piscine, trop contents de trouver un peu de luxe après notre galere à Java.

Jimbaran est une ville agréable, oú on peut rencontrer les locaux, profiter de jolies plages, de beaux couchers de soleil et manger du poisson frais les pieds dans le sable.
Après une matinée à planifier la suite de notre voyage au bord de la piscine, une après midi à la plage et un beau coucher de soleil, nous avions bien envie de tester les restaurants de poisson sur la plage. Nous nous doutons que c’est un peu hors budget pour nous mais en même temps on a envie de se faire plaisir.

On se lance donc dans une négociation hardue avec les rabatteurs pour obtenir ce qu’on veut. Et après Java, on est plutôt des durs à cuire ! On a fini par avoir un des employés qui nous courait après avec son poisson de 700g à 100 000IDR (7e), riz, légumes et dessert compris. Inutile de vous dire qu’on s’est régalés !! Il boudait beaucoup mais nous on était les plus heureux de manger notre poisson fraîchement pêché, les pieds dans le sable, éclairés à la bougie, avec un groupe local qui nous chante les gypsies king dans les oreilles.
Longtemps après, les locaux ont été hyper surpris de savoir pour quel prix on avait mangé sur cette plage, alors que le prix moyen pour deux peut aller jusqu’à 6 fois ce qu’on a payé…! On comprenait mieux l’énervement du serveur…!

 

En rentrant à l’hôtel, des locaux nous interpellent et nous invitent à partager l’apéro avec eux. Ils boivent un mélange d’alcool de palme et de bière. On reste avec eux quelques heures, à jouer de la musique sur des instruments en bambou et à danser à la balinaise avec des masques en bois. Très marrant !

Dès le lendemain, nous louons un scooter pour faire le tour de l’île.
Notre objectif était de passer par le centre de l’île pour découvrir les coins de Bali les plus éloignés du tourisme de masse et surtout de rejoindre Pemuteran et des spots de Snorkelling (observation des fonds marin avec masque et tuba) dans le nord.

Le premier jour, nous avons roulé jusqu’à Munduk, un village perché dans la montagne entre plantations de café, d’hortensias et de riz. La route pour y accéder est magnifique.
Sur le chemin, nous nous sommes arrêtés au temple de Batukaru.

 

À Bali, contrairement à Java qui est majoritairement musulmane, la religion principale est l’hindouisme. Les temples sont très différents de ceux que nous avions vus jusqu’à présent. Ici, il y a un temple par maison, ce qui rend les rues très agréables !

Ensuite, nous avons longé de nombreuses rizières en terrasses pendant des dizaines de km jusqu’à arriver à celles de Jatiluwih, classées au patrimoine de l’UNESCO.
On nous a demandé 40 000IDR (2,7e) pour les voir, mais nous avions déjà passé des heures à les longer et à observer les paysans travailler dedans alors nous avons trouvé ça excessif. Nous avons juste demandé à traverser pour rejoindre Munduk et du coup nous avons quand même pu les voir. Nous trouvons ça un peu dérangeant de faire payer un lieu où des gens travaillent pour que les touristes marchent au milieu de ces travailleurs, alors que Bali et l’Indonésie en général sont couvertes de rizières !

 

Arrivés à Munduk, on se balade dans le village et on se perd dans la forêt au coucher du soleil. On mange dans un warung un peu hors budget (90000IDR 6e à deux), mais tout est cher dans cette ville !

Le 2ème jour on se rend dans une des nombreuses cascades de Munduk, entre caféiers et cacaotiers. Très joli !

 

En fin de matinée, on reprend le scooter en direction de Pemuteran, un village de pêcheur en bord de mer qui est connu pour son récif artificiel.

Une fois à Pemuteran, nous allons directement nous baigner avec palmes et tubas. Depuis la plage principale on a un accès direct au récif crée par le Reef Seen, qui a lancé un projet de restauration des fonds marins après des années de pêche à la dynamite. Le site est impressionnant, de gros câbles électriques jalonnent le fond de l’eau oú le corail peut se fixer. On sent que le corail est encore jeune car peu coloré mais c’est quand même très joli et et très relaxant.

Le 3ème jour, après grosse réflexion, on décide de se rendre dans le parc national maritime de l’île de Menjengan. Cette île n’est pas habitée, c’est une zone protégée qui abrite un récif magnifique avec une faune très importante. Y faire du snorkelling a un prix, et nous avons décidé d’utiliser la cagnotte collectée par nos chers copains pour nous offrir ce plaisir : 500000 IDR chacun soit environ 35e pour une sortie de 9 à 14h et 1h de snorkelling dans deux sites différents.
C’est très cher pour du snorkelling mais ça valait vraiment le coup.
Nous avons eu l’impression de nager dans un aquarium, avec des poissons partout autour de nous. Il y en avait tellement que nous ne savions plus oú regarder ! Tout était multicolore, et certains poissons carrément fluorescents avec une visibilité énorme. Un superbe moment !
On a vu beaucoup de poissons clown, des poissons pierre, des poissons papillon, des barracudas, des étoiles de mer bleues…

Le 4ème jour c’est déjà le moment de partir, on a beaucoup aimé la tranquillité de ce village de pêcheur et la beauté des fonds marins.

En route pour Ubud, une ville dans les hauteurs de Bali. On fait un arrêt rapide aux deux temples a côté de Pemuteran, qui grouillent de singes différents de ceux qu’on a déjà vus. L’un des temples surplombe la mer, c’est très joli.

 

Après ça, c’est parti pour 3h de route et 20 Minutes après notre départ on se prend déjà des trombes d’eau… ça promet !

On s’arrête pour se mettre à l’abri et on en profite pour manger un bout. La, on rencontre deux monsieurs qui ont une passion originale… Ils organisent des combats de criquets, oui oui !

 

On passe un moment à rigoler avec eux, un peu de magie et leurs criquets !

Il faut bien qu’on avance alors on se remet en route sous l’averse, parfois ça se calme mais jamais pour bien longtemps. Après plus d’une heure à prendre la plus grosse douche de notre vie on est trempés jusqu’aux os et on commence à vraiment avoir froid, alors on se résigne et on prend un hôtel à côté des lacs proches de Munduk. On abandonne Ubud sans grand regrets car cette ville ne nous fait pas plus envie vu ce qu’on nous en a rapporté et le fait qu’elle soit très touristique…

Le 5ème jour, après avoir visité le joli temple sur l’eau Ulun Danu, nous repartons pour Jimbaran et l’une de ses plages paradisiaques où nous avons passé l’après midi et observé le coucher de soleil et les enfants qui pêchent à marée basse.

 

 

Nous quittons Bali pour Nusa Lembongan, oú nous allons faire de la plongée…!!

Pas de coup de cœur pour Bali qui ne reflète que très peu l’Indonésie pour nous, et qui nous a semblé dénaturée par le tourisme de masse occidental. Un tourisme qui se ressent même dans les endroits les plus reculés.
C’était quand même sympa de visiter l’île en scooter, pour les magnifiques paysages dans le centre de Bali, et l’interaction avec les locaux.

 

Info et bons plans:

Vous l’avez compris, le moyen de transport idéal pour nous à Bali à été Uber. Ca marche bien, c’est rapide, efficace, pas cher, pas de négociation, pas d’arnaque, pas de prix de touriste, des conducteurs indonésiens (jamais Japonais mais pas non plus tout le temps Javanais). Ça plaît pas aux taxis, y’a des écriteaux partout sur l’île mais s’ils étaient plus honnêtes on n’aurait pas eu besoin d’avoir recours à Uber, à eux de nous faire changer d’avis.

– Nous avons adoré l’hôtel Jimbaran Lestari, son personnel, sa piscine, ses chambres et lits spacieux pour un petit prix. La salle de bain n’est pas terrible par contre.

Nous avons bien aimé la dreamland beach, tres jolie plage entourée de falaises, où on peut se baigner (en faisant attention, les vagues peuvent etre fortes !)

N’hésitez pas à manger aux restos de poisson sur la plage centrale, cest un délice !! Le marché au poisson est aussi très réputé et on a eu de bons retours de voyageurs.

– Nous avons loué le scooter pour 60000 par jour, c’était les prix pratiqués à Jimbaran donc on n’a pas trop reussi à négocier.

ATTENTION, dans les zones touristiques, il arrive que la police arrête les touristes pour leur mettre des amendes pour des motifs pas très sérieux. Il vaut mieux avoir un permis international et le casque pour éviter l’amende. Si le policier qui vous arrête est à pied et que vous en avez la possibilité, continuez votre chemin ! Sinon, demandez à payer au poste, si le motif n’est pas valable l’amende sera peut être retirée. On a vu 2 scooters se faire arrêter…

– A Munduk nous avons très bien mangé au Warung Made, qui a aussi une très belle vue et un gérant adorable !

– A Pemuteran nous avons dormi à La bella guest house, pour 120000 la nuit. Chambre spacieuse et nickel, sdb avec douche chaude et petit déjeuner.

Nous avons fait la sortie snorkelling avec la guest house, nous étions 4 et nous avions payé 500000IDR chacun, tout compris meme le lunch, sortie de 9h à 14h.

– Pour les temples, il faut généralement payer 20000IDR, sauf l’Ulun Danu où c’était 50000IDR.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.